Les CP/CE1 visitent La Seine Musicale !

Un mois après avoir rencontré Aude en classe en décembre, les élèves de CP/CE1 de l’école Les Sablons à Châtillon sont venus à La Seine Musicale pour se faufiler dans une répétition de l’orchestre : voici leurs impressions. Merci à Béatrice Allard, leur enseignante, pour ce message !

Une super journée à La Seine Musicale, ce vendredi 12 janvier 2018 !

Nous sommes partis en car municipal. Le trajet nous a paru assez court, mais nous avions hâte d’arriver pour découvrir La Seine Musicale, qui est installée sur l’île Seguin à Boulogne-Billancourt. Nous avons donc traversé un pont pour y accéder. Le bâtiment ressemble à un bateau avec une voile faite de panneaux solaires.

Tout d’abord, Thomas, le responsable de l’Action Culturelle, nous a montré des diapositives du site. Avant, l’île était une grande usine de fabrication de voitures Renault, de 1929 à 1992. Il y avait 30.000 personnes qui y travaillaient et qui rentraient dans l’usine par le pont bleu.

Puis il nous a fait visiter La Seine Musicale, qui a ouvert en avril 2017. Cela fait moins d’un an ! Le bâtiment a été conçu par un architecte japonais Shigeru Ban. C’était magnifique ! Nous avons profité de la belle vue sur la Seine dans la boule de l’Auditorium.

Puis nous avons visité l’Auditorium. La salle est très grande avec des fauteuils rouges, très chics. Le plafond est fait de 10.000 alvéoles en carton. C’est le principe du nid d’abeille pour favoriser une bonne acoustique. Quelque soit l’endroit où l’on se trouve dans la salle, on entend le son de la même manière.

Il y a des pupitres sur scène mais aussi en haut parce que parfois les artistes jouent et chantent partout dans la salle pour les spectacles. Quand Thomas nous a présenté la salle, il y avait un bruit énervant parce que quelqu’un accordait l’orgue sur la scène.

Dans les couloirs de La Seine Musicale, il y avait des vitres pour voir les gens répéter et une grande allée centrale, qui symbolise l’ancienne chaine de montage des voitures Renault.

Le midi, nous avons pique-niqué dans une salle. Après ce bon repas, nous sommes allés faire un tour sur le parvis et voir l’écran géant sur la façade.

Puis est venu le moment tant attendu de la répétition de l’œuvre de Saverio Mercadante: Sinfonia su motivi dello Stabat del celebre Rossini. Aude est venue nous dire bonjour. Puis les musiciens ont accordé leurs instruments.

Et le chef d’orchestre Leonardo Garcia Alarcon a fait son entrée. Nous avons ainsi vu Aude répéter avec les autres musiciens. Dans l’orchestre, il y avait des violons, des altos, des violoncelles, des contrebasses, des flûtes traversières, des hautbois, des clarinettes, des bassons, des cors, des trompettes, des trombones, un ophicléide (ancêtre du tuba) et une paire de timbales.

Le chef d’orchestre argentin était gentil, souriant et très drôle. Il nous a montré et fait écouter chaque instrument.  Il nous a entrainés à être spectateur ; il s’est caché et quand il est arrivé, nous avons tous applaudi. Il nous a expliqué que les instruments étaient toujours au même endroit parce que le chef d’orchestre sait toujours se repérer. D’autre part, il ne fait pas la même chose avec ses mains ; avec la main droite, il compte les temps et avec la main gauche, il dit s’il faut jouer doucement ou fort. Sa baguette est blanche pour mieux être vue.

Pour résumer, une visite exceptionnelle et unique que l’on est pas prêt d’oublier !

Je joue à Londres !

Bonjour les enfants,

Cette semaine je pars en tournée avec Insula orchestra ! Nous allons au Barbican Centre. C’est une salle très différente de l’Auditorium de La Seine Musicale. Elle se trouve à Londres, une capitale européenne. Savez-vous dans quel pays se trouve Londres ? À votre avis, pour aller dans cette ville je vais voyager en train, en bateau, en avion ou en bus ?

Au Barbican Centre, il n’y a pas seulement une salle de concert pour la musique classique. Il y a aussi de la musique contemporaine, des pièces de théâtre, des films et des expositions d’art. Il y a même une bibliothèque et une serre tropicale ! Avec tout ça, le Barbican Centre est le plus grand centre de spectacles d’Europe.

Insula orchestra y avait déjà joué il y a deux ans, voici une carte postale du concert :

Jeudi soir je serai dans cette salle, et je jouerai un morceau que vous avez entendu en répétition quand vous êtes venus à La Seine Musicale : le Triple Concerto de Ludwig van Beethoven, et la Symphonie n°3 de Louise Farrenc.

À très vite,

— Yannick

Des nouvelles de La Seine Musicale

Bonjour les enfants,

Merci à tous pour vos cartes de vœux, elles sont très jolies !

Pour ceux qui se posaient la question : rassurez-vous, nous n’avons pas encore les pieds dans l’eau avec Insula orchestra. Même si La Seine a beaucoup monté ! Voilà des photos :

Les CP ont aussi remarqué un petit chien dans la carte postale de Varsovie que je vous ai envoyée. Ce n’est pas mon chien, mais celui de Laurence Equilbey. D’ailleurs, c’est un chihuahua, et elle s’appelle Samy. Elle vient souvent aux concerts et en tournée avec nous. C’est sûrement la plus mélomane des petits chiens !

Dans la vidéo, ceux qui pensent avoir vu Laurence dans le train ont raison ! Elle travaille sur une partition, et elle réfléchit à la musique. C‘est pour cela qu’elle fait des mouvements avec les mains. C’est un peu comme quand vous apprenez une dictée ou une poésie, il faut la travailler souvent pour ne pas faire d’erreurs !

La prochaine fois je vous parle de la spécialité de Beethoven, ou du moins, ce pour quoi il est très connu : la symphonie.

À bientôt,

– Aude

Ma tournée en Pologne

Bonjour les enfants !

Quand on est musicien, on voyage souvent. Avec mon orchestre, Insula orchestra, je reviens d’une tournée en Pologne. Une tournée ? Qu’est-ce que c’est ?

Une tournée c’est un grand voyage avec plusieurs étapes. À chaque étape, on s’arrête dans une nouvelle ville pour jouer un concert. À la fin on rentre à la maison. Une tournée peut être longue ou courte. En Pologne, nous n’avons joué que deux concerts : un à Varsovie, l’autre à Katowice.

Après nous avons joué le même concert en France : une fois à Aix-en-Provence, dans le sud, et une fois à La Seine Musicale.

Si vous ne connaissez pas la Pologne, voilà une vidéo pour vous présenter notre voyage !

À bientôt,

— Diane

Une tournée en Pologne !

Bonjour les enfants,

J’étais sincèrement impressionné par l’accueil que vous m’avez réservé la semaine dernière ! C’était un honneur de vous rencontrer ! Merci beaucoup pour tout votre travail de préparation.

On en a parlé pendant la rencontre, je suis parti à Abu Dhabi pour un concert en novembre. Mais avec Insula orchestra on voyage souvent ! Je suis aussi parti en Pologne pour deux concerts, à Varsovie, la capitale, et Katowice, la deuxième plus grande ville. Alors voilà une petite vidéo pour vous montrer à quoi ça ressemblait :

Quand on voyage comme ça pour jouer des concerts, on appelle ça une tournée. On dit qu’on part en tournée parce qu’on change de salle de concert et qu’on voyage de ville en ville. Ça peut être en France ou à l’étranger.

À bientôt,

– Jocelyn

Des nouvelles de ma tournée en Pologne !

Bonjour les enfants,

J’étais très contente de vous rencontrer la semaine dernière ! J’espère que ma musique vous a plu. En tout cas j’étais heureuse de voir tous vos dessins et de vous entendre chanter. C’était vraiment très chouette.

Je vous en avais parlé la dernière fois : je suis partie en tournée en Pologne. Je voulais vous envoyer des photos de la Philharmonie de Varsovie, mais j’ai encore mieux : une vidéo pour vous montrer tout ce que j’ai vu pendant ma tournée !

Mais d’ailleurs, vous savez ce que c’est, une tournée ? Une tournée c’est quand un artiste ou un orchestre voyage pour jouer des concerts. On dit qu’on part en tournée parce qu’on change de salle de concert et qu’on voyage de ville en ville.

Je pars souvent en tournée avec Insula orchestra. Je vous laisse regarder la vidéo de nos aventures en Pologne !

À bientôt,

– Aude

Je joue du Beethoven en Pologne !

Bonjour les enfants !

Aujourd’hui je vous écris depuis la Pologne, où je suis en tournée avec Insula orchestra. Et devinez quoi, on va jouer du Beethoven ! Un concerto en plus ! Au programme il y a aussi la Symphonie n°9 de Franz Schubert, un compositeur autrichien qui a vécu à la même époque que Beethoven.

Le morceau de Beethoven que je vais jouer, c’est le Concerto pour piano n°5, dit « l’Empereur ». On donne souvent des sous-titres aux morceaux de musique. Ce n’est pas Beethoven qui a appelé son concerto « l’Empereur », mais on ne sait pas d’où vient ce nom.

Il vient peut-être des impressions et des sentiments que provoque l’œuvre. Je vous propose de l’écouter pour vous faire votre propre opinion ! Je trouve que le premier mouvement est surprenant dès les premières notes, avec tout l’orchestre qui joue d’un coup. Le piano aussi est impressionnant, on dirait presque qu’il improvise, alors que Beethoven a écrit note par note ce que le pianiste doit jouer. Vous imaginez le travail que ça représente ?!

J’essaierai de vous envoyer des photos de la Philharmonie de Varsovie !

À bientôt !

– Aude

Connais-tu la commande ?

Bonjour les enfants !

Aujourd’hui, nous allons regarder ensemble le tout dernier épisode de notre web-série autour du Requiem de Mozart.

Comme tu le sais, il s’agit de la dernière œuvre composée par le musicien. Il va mourir avant d’en avoir terminé l’écriture. Il y a beaucoup de mystères autour de la commande de cette œuvre. La mort de Mozart, assez jeune, a donné naissance aux légendes les plus folles.

Mais c’est quoi une commande ?

À l’époque de Mozart, il est rare qu’un musicien compose pour le plaisir. En général, les œuvres sont des commandes effectuées par les théâtres, ou par des particuliers. Ainsi, un étrange messager serait venu demander à Mozart de composer ce Requiem pour un homme souhaitant rester anonyme. Aujourd’hui, on connaît l’identité du commanditaire de l’oeuvre et les raison de tous ces mystères. Mais à l’époque, Mozart lui-même est troublé par cette demande.

Les circonstances de la mort de Mozart restent, elles-aussi, entourées de mystères. Personne ne sait réellement ce qui a causé son décès, et des dizaines de théories existent à ce sujet. L’une des plus célèbres, mais également des plus farfelues, est que Mozart aurait été assassiné par un autre compositeur, Antonio Salieri. C’est celle qui est repris dans le célèbre film de Milos Forman, Amadeus. La vérité est sans doute beaucoup plus banale !

Je te souhaite de belles vacances et te dis à très bientôt !

— Aude

Connais-tu le Requiem de Mozart ?

Bonjour les enfants !

Avant les vacances, je te parlais de l’oratorio, une oeuvre pour choeur, soliste et orchestre, le plus souvent religieuse.

Cela me rappelle le première oeuvre que nous avons enregistrée avec Insula Orchestra et Laurence Equilbey : le Requiem de Mozart. Nous avons fait une web-série autour de cet enregistrement. Et si nous regardions le premier épisode ensemble ?

Requiem est un mot en latin, une langue très ancienne. Cela veut dire « repos ». On récite les Requiem quand on est très triste, parce que quelqu’un est mort par exemple. Mozart, comme de nombreux autres compositeurs, a écrit une musique à partir de ce texte. Écoutons le début ensemble !

C’est très lent, comme une marche à tous petits pas. Quand Mozart compose le Requiem, il a 35 ans et est très malade. Le Requiem est la dernière œuvre qu’il a composée ! Il est mort avant de la terminer. L’enregistrement a eu lieu dans un lieu rempli d’histoires qui ne se trouve pas très loin de chez toi. Saurais-tu deviner lequel ? Je t’en dirai plus très bientôt!

— Aude

Dossier pédagogique à l’usage des élèves :
https://drive.google.com/file/d/0B6lY1IaKaBS-SlZQaEQwa0FKU1k/view?usp=sharing