Figaro, qui étais-tu ?

Bonjour les enfants !

J’aimerais te parler un peu plus de cet opéra. Les Noces de Figaro a été composé en 1786 par Mozart. On appelle le livret tout le texte de l’opéra. Chaque partie de l’histoire, d’ailleurs, porte son nom.

J’ai une idée : et si tu cherchais ce qu’était un acte, une scène, et que tu essayais de deviner quels indices dans la mise en scène ou le déroulé du spectacle permettent de différencier les  parties de l’histoire ? Réponses la semaine prochaine !

Pour le livret des Nozze di Figaro (c’est le titre en italien de l’opéra), Mozart a choisi une pièce de théâtre, écrite par un auteur français qui s’appelait Beaumarchais.

En fait, les compositeurs écrivent rarement les livrets eux-mêmes. Ils font appel à quelqu’un dont c’est le métier : des librettistes ! Celui des Nozze s’appelait Lorenzo da Ponte. Il a beaucoup travaillé avec Mozart ! Il a donc écrit un texte inspiré de cette pièce de théâtre, mais en italien et spécialement pour cet opéra.

D’ailleurs, que nous raconte-t-il ? Encore une histoire un peu compliquée… Figaro est un valet, au service du comte Almaviva. Il va se marier avec une autre servante, Suzanne. Mais le comte aussi est amoureux de Suzanne ! Et il a des complices : un médecin, Bartolo, et Marceline, qui vont essayer d’empêcher le mariage… Que va-t-il arriver ?

L’ouverture de l’opéra que tu as pu écouter la semaine dernière annonce toutes ces aventures. Ressens-tu l’agitation de la musique ?

Et toi, comment imagines-tu les personnages de cet opéra ? Et si tu essayais de les dessiner ?

— Yannick

Illustration de couverture : Auteur anonyme, Scène des Noces de Figaro [Acte I : Le comte fait des avances à Suzanne tandis que Chérubin est dissimulé sur le fauteuil], aquarelle, XIX° siècle.

Connais tu… Les Noces de Figaro ?

Bonjour les enfants !

Mon concert à l’Opéra Royal de Versailles s’est bien passé ! Nous avons joué Les Noces de Figaro, un opéra de Mozart, ou en italien, Le Nozze di Figaro de Mozart.

Laisse-moi t’en dire un peu plus sur ce compositeur. As-tu déjà entendu son nom ? Mozart est l’un des musiciens les plus célèbres de l’histoire. Il est mort jeune, à 35 ans, mais il composa un grand nombre d’œuvres !

Il commença la musique très jeune, avec son père. Mozart avait beaucoup de talent ! À 6 ans, il compose ses toutes premières œuvres. Avec son père, le musicien va passer son enfance à voyager à travers l’Europe pour montrer ce qu’il savait faire. À l’âge adulte, Mozart compose ses plus grands chefs-d’oeuvre. Le Nozze di Figaro en est un. Je t’en dirai plus à ce sujet la semaine prochaine.

En attendant, tu peux en écouter le début : l’Ouverture, où les chanteurs ne sont pas encore sur scène et seul l’orchestre joue. Plutôt festif, non ?

— Yannick

Yannick au Château de Versailles

Bonjour les enfants !

Je répète en ce moment un opéra que nous jouerons à l’Opéra Royal du Château de Versailles. Tu connais sûrement son auteur : Mozart.

Il s’agit des Noces de Figaro… ou en italien, Le Nozze di Figaro !

Connais-tu le Château de Versailles ? Elle a été la résidence des Rois de France, mais aujourd’hui, c’est devenu un musée. La musique était très importante dans la vie de la Cour, on en jouait pour toutes les occasions. C’est pourquoi le Roi Louis XV, arrière petit-fils de Louis XIV, ordonna qu’on y construise une salle de spectacle.

Cela me rappelle un souvenir : il y a deux ans, avec Insula orchestra et Laurence Equilbey, nous avons joué au Château de Versailles. Nous avons interprété des extraits d’un opéra que tu connais maintenant : il s’agit d’Orfeo ed Euridice de Gluck. Reconnaitras-tu l’extrait ?

Nous avons joué dans les espaces du château avec des danseurs. Je te laisse regarder la vidéo !

— Yannick

Connnais-tu… Haendel ?

Bonjour les enfants !

C’est la rentrée ! J’espère que vous avez passé de bonnes vacances et de bonnes fêtes !

La semaine prochaine, je serai en Belgique pour un concert avec un autre orchestre. Nous allons jouer différents extraits d’œuvres de Georg Friedrich Haendel. Mais qui est ce compositeur avec ce nom si compliqué ?

Haendel est né en Allemagne il y a environ 300 ans. Après avoir vécu 3 ans en Italie, il décide de déménager en Grande-Bretagne. Il finira même par obtenir la nationalité britannique. Avec ses nombreux voyages, le compositeur fait jouer sa musique partout en Europe mais il va également découvrir ce qu’on y joue sur place et de rencontrer beaucoup d’artistes !

Il a ainsi écrit beaucoup d’œuvres différentes, principalement des opéras. On en compte plus de 40… Et si tu cherchais les plus connus ? Tu trouveras des vidéos sur YouTube…

— Yannick

Yannick au Conservatoire !

Yannick Maillet était au Conservatoire à Rayonnement Régional de Rueil-Malmaison le 15 décembre. Au programme : concerts éducatifs avec quatre musiciens d’Insula orchestra autour des « Sonate a quattro » pour instruments à vent de Rossini.

Les élèves de l’école Robespierre A sont venus y assister et nous racontent en images leur travail. Merci à Cécile Grosjean, leur enseignante, d’avoir partagé leurs photos avec nous !

Pendant le concert, on prend quelques photos des musiciens… et bien sûr, de Yannick !

De retour à l’école, les enfants ont pu partager leurs impressions et verbaliser leur expérience. Tous leurs témoignages ont été recueillis au tableau.

IMG_20151215_112025799

Et enfin, ils ont dessiné ce que leur avait inspiré l’écoute des Sonates n°1 et 6 de Rossini. En voici un aperçu !

Bravo les enfants et merci pour ce témoignage !

Orphée va-t-il retrouver Eurydice ?

Bonjour les enfants !

Cette semaine, nous allons terminer ensemble notre voyage au coeur de l’opéra Orfeo ed Euridice de Gluck.

La semaine dernière, nous avions laissé Orphée très malheureux d’avoir perdu à nouveau son Eurydice. Dans le mythe dont Gluck s’est inspiré pour cet opéra, sa femme reste prisonnière des Enfers et elle ne revoit plus jamais son époux. Orphée termine sa vie seul et désespéré.

La fin de l’histoire étant très triste, Gluck décide de la changer : dans l’opéra, le dieu Amour aide notre héros et lui ramène Eurydice. Tout est bien qui finit bien ! Forcément, cela doit s’entendre : c’est le but du chœur final où tous les chanteurs, dont les solistes, jouent avec l’orchestre. Ce dernier extrait célèbre la victoire de l’amour ! Tu peux l’entendre à la fin de l’épisode. Ressens-tu la joie d’Orphée et Eurydice ?

C’était le dernier épisode de la web-série Lorenzo et Bérénice ! J’espère que tu as apprécié découvrir avec moi cette œuvre de Gluck !

— Yannick 

Le retour des Enfers

Bonjour les enfants !

Cette semaine, je vous propose de poursuivre notre découverte de l’opéra Orfeo ed Euridice de Gluck.

A ce moment de l’histoire, Orphée arrive aux Champs-Elysées où est enfermée Eurydice. Il va enfin pouvoir la ramener sur terre avec lui ! Mais attention, le dieu Amour a été très clair : « Tu ne dois ni la regarder, ni lui parler, sinon elle mourra ». Une menace très sérieuse !

Orphée n’ose même pas parler à Eurydice. Celle-ci est très inquiète, elle croit qu’il ne l’aime plus ! Mais Orphée n’arrive pas à la résister et il se retourne vers sa femme. En brisant sa promesse, les dieux ne tiennent pas non plus la leur : Eurydice doit retourner aux Enfers.

Regarde le quatrième épisode de notre web-série Lorenzo et Bérénice. A la fin de la vidéo, tu vas entendre un air chanté par Orphée. Il pleure à cause de la mort de son épouse. Ici, le texte, très triste, est mis en valeur grâce à une mélodie très simple. On la retient facilement pour  chanter ! La musique, tu l’as sans doute remarqué, n’est pas si triste. En effet, en comprenant bien le texte, pas besoin d’exprimer la douleur d’Orphée une deuxième fois à travers la musique !

— Yannick 

Photo de couverture : Camille Corot (1796-1875), Orphée ramenant Eurydice des Enfers, 1861, 112x137cm, huile sur toile, Museum of Fine Arts, Houston, Texas.

Le Ballet des Furies

Bonjour les enfants !

Cette semaine, on continue notre voyage aux Enfers avec Orphée ! As-tu vu le troisième épisode de notre web-série autour de l’opéra de Gluck ?

Si tu te souviens bien, Orphée va aux Enfers pour retrouver sa femme Eurydice. Mais l’entrée est bien gardée par les Furies. La musique que tu entends au début de l’épisode est très rapide : c’est comme si les instruments à cordes tourbillonnaient. Imagine les Furies qui encerclent  et tournent autour du héros !

Cet extrait s’appelle Le Ballet des Furies. Un ballet, c’est une danse ! Ne trouves-tu pas la musique sombre et inquiétante. Sais-tu que dans un opéra, on peut aussi trouver des passages dansés que l’on appelle ballets ? C’est le cas ici !

Les Furies ne veulent pas laisser rentrer Orphée, mais notre héros est têtu et rusé ! Il va réussir à convaincre ses adversaires à l’aide de sa lyre, un petit instrument à cordes pincées : sa musique est tellement belle qu’elles acceptent de le laisser passer. 

Et toi, quel type de danse imagines-tu sur cette musique ?

— Yannick 

Photo de couverture : William-Adolphe Bouguereau, Oreste poursuivi par les Furies, 1862, huile sur toile, 227 x 278 cm, Chrysler Museum of Art, Norfolk, Virginia (Etats-Unis).

C’est quoi, un opéra ?

Bonjour les enfants !

Cette semaine, j’aimerais continuer à partager avec vous mes souvenirs autour d’Orfeo ed Euridice de Gluck.

Avant tout, sais-tu ce qu’est un opéra ? C’est un genre particulier, qui raconte une histoire avec ses personnages. C’est un mélange de théâtre, de musique, et souvent même de danse. C’est comme au cinéma… sauf que tout est joué en direct, devant toi ! Impressionnant, non ?

On peut aussi donner l’opéra en version de concert, c’est-à-dire sans mise en scène, costume ou décor. C’est le cas pour notre concert à nous, que tu peux revoir ici si tu le souhaites. Sauras-tu me retrouver sur la scène ?

Maintenant que tu en sais plus sur le héros, Orphée, nous allons voir comment est construite cette œuvre. Comme au théâtre, l’opéra se divise en actes. Ces actes sont eux-mêmes divisés en scènes.

On différencie également les parties chantées. Je te propose de regarder le second épisode de notre web-série, Lorenzo et Bérénice. Tu pourras y entendre un ensemble de chanteurs : le chœur. Leur chant est comme une plainte, pour exprimer leur tristesse après la mort d’Eurydice. Ressens-tu la même chose ?

Dans la vidéo, tu pourras aussi entendre la chanteuse incarnant le Dieu amour chanter une mélodie en soliste. C’est une partie assez virtuose et difficile. Cela demande beaucoup de travail, surtout qu’on la chante seul sur scène ! On dit qu’il s’agit d’un air.

Bon épisode !

— Yannick.