Les élèves de CE2A racontent ce qu’ils font en classe autour de ce projet

Tous les vendredis, nous écoutons une musique écrite par un compositeur et nous donnons nos impressions sur ce qu’on a entendu, nous disons ce à quoi ça nous fait penser, comment on se sent quand on l’écoute, quels sont les instruments qu’on entend le plus. La semaine d’après, le maître nous donne une fiche qui explique qui est le compositeur et nous la collons dans notre cahier Insula orchestra. Ensuite, le nom du compositeur est écrit avec sa photo sur une frise chronologique affichée dans la classe.
Publicités

Les élèves de la classe de CE2A racontent leur deuxième rencontre avec leur parrain !

Deuxième visite de Yannick
A la fin du mois de février, Yannick est revenu dans notre pour parler encore de son cor et surtout pour qu’on essaye de souffler dedans. Certains y sont bien arrivés, d’autre ont eu plus de mal. Il avait apporté de petites embouchures en plastique pour chaque élève pour qu’on puisse s’entraîner sans l’instrument et ensuite on a relié le cor chacun son tour à ces embouchures pour essayer d’en jouer. La sensation était bizarre et quelques fois drôle à cause du son qui en sortait.
Ensuite nous avons fait une répétition des chants que nous avions appris avec tous les autres CE2. Yannick nous a accompagnés au cor ainsi que Pierre notre professeur de musique au piano.

Les élèves de l’école Sayad racontent leur deuxième rencontre avec leur parrain !

Cher Jocelyn,
Nous étions ravis de vous revoir, merci d’être venu en classe et d’avoir répondu à nos questions. Nous avons beaucoup aimé quand vous nous avez accompagné avec votre flûte lorsque nous chantions.
Nous nous réjouissons maintenant de notre prochaine rencontre où nous vous verrons jouer avec Insula Orchestra à la Seine Musicale, et nous pourrons voir où vous travaillez.
En classe, nous avons écouté votre interview fait par nos camarades et nous avons appris plein de choses. Ainsi nous avons regardé le flash-mob de nouveau puis avons vu l’inauguration à Abu Dhabi. Nous avons particulièrement aimé le bâtiment, le mélange des instruments d’Europe et d’Orient.

Voici une photo du dessin collectif en cours sur le Casse-Noisette que nous avons écouté et lu en classe.

Pour répondre à vos questions :

* le logo d’Insula Orchestra : nous pensons que cela représente une croche en effet.
* pourquoi écrire la musique ? Nous pensons qu’il faut écrire la musique pour les mêmes raisons que nous écrivons dans nos cahiers – pour être lus par d’autres. Ainsi on peut lire des histoires écrites par des écrivains contemporains ou d’autrefois, et jouer/écouter de la musique écrite par des compositeurs de tous les temps.
A bientôt Jocelyn.
Les CE2B

Qui est Franz Liszt ?

Bonjour les enfants,

Mardi 22 janvier dernier, vous êtes venus assister à une répétition d’Insula orchestra et vous avez ainsi pu écouter attentivement Fantaisie sur les Ruines d’Athènes de Franz Liszt sous la direction de Laurence Equilbey. La partie de piano solo était interprétée par Nicholas Angelich.

Suite à cette répétition commentée, vous avez pu échanger avec Blandine, la musicologie de l’orchestre et j’aimerais vous expliquer très rapidement qui est Liszt et l’histoire de cette œuvre intitulée Fantaisie sur les Ruines d’Athènes.

Portrait de Franz Liszt en 1838, par Henri Lehmann. Peinture exposée aujourd’hui au Musée Carnavalet de Paris. , © Getty

Avant de devenir l’un des plus importants compositeurs de son époque, Franz Liszt (1811-1886) a brillé en tant que virtuose inégalé du piano, instrument dont il repousse sans cesse les limites. Liszt est capable de transcrire pour le piano à peu près n’importe quelle partition et interprète, seul au clavier, des œuvres pour orchestre, ou encore des lieder (mélodies) comme celles de Schubert.

Adulte, il s’intéresse à l’orchestre mais également à la direction. Il commence alors à transcrire des partitions du piano vers l’orchestre et se met à composer directement pour orchestre et se distingue dans le genre du poème symphonique. Ce genre, nouveau pour l’époque, consiste en une pièce purement orchestrale de 10 à 15 minutes, basé sur une œuvre littéraire ou picturale. Les plus célèbres poèmes symphoniques de Liszt sont, Les Préludes, Mazeppa ou encore Prometheus.

La Fantaisie sur les Ruines d’Athènes, composée en 1837 est également une pièce concertante pour piano et orchestre. Comme l’indique le titre, Liszt a repris des thèmes (mélodies) d’une œuvre de Beethoven, Les Ruines d’Athènes, musique de scène destinée à l’inauguration en grande pompe d’un théâtre à Budapest (Pest à l’époque). Parmi les thèmes les plus fameux repris par Liszt, se trouvent la « Marche turque » et l’étourdissant « Chœur des Derviches ».

 

À très bientôt les enfants.

– Yannick

 

 

 

Qui est Carl Maria von Weber ?

Mais qu’est ce que le Freischütz ?

Bonjour les enfants,

Tout d’abord, je tenais à vous dire que j’ai passé une très agréable après-midi en votre compagnie mardi 12 février dernier. J’ai apprécié nos moments d’échange et de partage autour de la musique et des chants que vous travaillez avec vos enseignantes depuis ma dernière visite dans vos classes.

Maintenant, à mon tour de vous parler d’un opéra que nous sommes en train de préparer avec l’orchestre et dont vous entendrez des extraits à La Seine Musicale le 21 février prochain en compagnie de Yann, le bibliothécaire et musicologue d’Insula orchestra.  

Der Freischütz :

Der Freischütz est un opéra allemand en trois actes de Carl Maria von Weber, datant de 1820 et qui connut un triomphe lors de sa première, un an plus tard, le 18 juin 1821, à Berlin.

L’histoire se déroule au cœur d’une forêt allemande. Max, jeune chasseur, doit remporter un concours de tir afin d’épouser Agathe, la jeune femme qu’il aime. Kaspar, jaloux de Max s’allie au maléfique Samiel afin de mener son jeune rival à sa perte.

À la fin de la première épreuve, Kaspar arrive à convaincre Max d’utiliser des balles magiques, créées grâce à la magie noire. Ces balles permettent à leur propriétaire d’atteindre une cible sans aucun effort. Dans l’effrayante Gorge aux loups, les deux hommes fondent sept balles qui ne ratent jamais leur but. Toutefois, Max ignore que la dernière balle est sous la volonté de Samiel et qu’elle est destinée à sa fiancée, Agathe.

Le concours de tir se déroule en présence du Prince et ce dernier ordonne à Max de tirer sur une colombe. L’oiseau s’envole et Agathe tombe quant à elle inanimée. Heureusement pour Max, Agathe ne meurt pas, car un ermite a détourné le coup sur Kaspar. Max avoue au prince avoir passé un accord avec Kaspar par désespoir et faiblesse. Suite à cet aveu, le prince impose à Max d’attendre un an avant de pouvoir épouser sa bien-aimée.

Représentation de la scène de la gorge aux loups © Staatliche Kunstsammlungen, Weimar