Connais-tu… Vienne ?

Bonjour les enfants,

Dernièrement, je te parlais de trois grands compositeurs ayant vécu dans la ville de Vienne, en Autriche : Mozart, Haydn et Beethoven. Tu te souviens ?

À leur époque, il y a plus de 200 ans, Vienne est l’un des carrefours culturels les plus importants d’Europe. Tous les plus grands artistes y séjournent. D’ailleurs, c’est toujours le cas aujourd’hui. J’ai moi-même eu la chance d’y jouer l’an passé, avec Insula orchestra.

L’oeuvre que nous avons interprétée dans cette belle ville de Vienne est un opéra : Lucio Silla. Tu connais bien son compositeur puisqu’il s’agit du fameux Wolfgang Amadeus Mozart.

En ce moment, je prépare une série de concerts où je jouerai dans un orchestre, dirigé par Laurence Equilbey, un extrait de cette œuvre. Cela me rappelle un tas de bons souvenirs autour de cet opéra.

D’ailleurs, lors de notre séjour à Vienne, nous avions réalisé une petite vidéo, afin de te faire partager notre voyage.

Et si nous la regardions ensemble ?

À très bientôt,

— Aude

Connais-tu… le Prince Esterhazy ?

Bonjour les enfants,

La semaine dernière je te faisais découvrir Haydn et sa symphonie surnommée Les Adieux.

Mais sais-tu pourquoi elle porte ce nom ?

À l’époque de Haydn, le meilleur moyen pour un compositeur de vivre de son art est d’être embauché par une famille noble et fortunée. C’est le cas de Haydn qui restera pendant plus de 30 ans au service la famille Esterhazy. Il doit alors les suivre dans leurs déplacements entre l’Autriche où ils vivent la majorité du temps, et la Hongrie, où se trouve le palais d’été de la famille. Haydn est chargé de la vie musicale de la cour et doit composer des œuvres à la demande du Prince Esterhazy.

Un été, le séjour de Haydn et de ses musiciens au palais d’été dure plus longtemps que prévu. Tous souhaitent rentrer auprès de leur famille restée en Autriche. Haydn décide de faire passer un message à son protecteur, le Prince Esterhazy. Dans le dernier mouvement de sa symphonie Les Adieux, peu à peu les musiciens cessent de jouer et quittent la scène. À la fin seul un violon continue à jouer.

Heureusement, le message de Haydn est compris par le prince Esterhazy : dès le lendemain, toute la cour retourne en Autriche !

La musique est un bon moyen de faire passer un message, tu ne trouves pas ?

À bientôt,

— Aude

À la découverte de Haydn

Bonjour les enfants,

La dernière fois, je te parlais d’un concert que j’ai donné il y a peu autour de trois compositeurs ayant passé une partie de leur vie à Vienne. Maintenant que tu connais Mozart et Beethoven, j’aimerais te faire découvrir le plus ancien d’entre eux : Joseph Haydn.

Ce compositeur vécut jusqu’à l’âge de 77 ans. C’est un véritable exploit pour l’époque !

Haydn est considéré comme l’un des compositeurs les plus importants de son temps, et il influencera les plus grands. Mozart lui-même, admire beaucoup Haydn. Il lui dédie même l’une de ses œuvres.

À la fin de sa vie, il devient le professeur du jeune Beethoven, alors âgé de 22 ans.

Haydn marque l’histoire de la musique notamment par son apport dans le genre de la symphonie. Je t’ai déjà parlé de ce genre, tu te souviens ? Il s’agit d’une œuvre pour orchestre divisée en plusieurs parties appelées « mouvements ». Haydn en composa plus de 100 ! Impressionnant non ?

Son apport au genre de la symphonie valut à Haydn le surnom de « Père de la symphonie ».

Et si nous écoutions un extrait d’une œuvre de Haydn ? Voici le 4ème mouvement de la symphonie Les Adieux. Au fur et à mesure, tu vas voir certains musiciens cesser de jouer puis quitter la scène. Surprenant n’est-ce pas ?

Je t’en dirai plus très vite.

À bientôt,

— Aude

 

 

 

À la découverte de Beethoven !

Bonjour les enfants,

J’espère que les vacances se sont bien passées ! Il y a peu de temps, j’ai participé à un concert consacré à trois grands compositeurs. Leurs points communs ? Ils ont tous trois vécu il y a environ 250 ans dans la ville de Vienne. Saurais-tu la placer sur une carte ?

Pour tous les musiciens de cette époque, Vienne était une destination incontournable. De nombreux artistes et intellectuels y vivaient, faisant de cette ville l’une des capitales culturelles de l’Europe.

Au programme du concert auquel j’ai participé, on trouve des œuvres de Mozart, que tu connais déjà, mais aussi de Haydn et de Beethoven. Ce  dernier est le plus jeune des trois compositeurs. Beethoven est né en Allemagne en 1770 dans une famille de musiciens. Comme Mozart, que tu commences à bien connaître, Beethoven est un enfant prodige. Il joue remarquablement du piano.

À 17 ans, il effectue un premier voyage à Vienne où il rencontre Mozart. Il va même l’impressionner en improvisant sur une mélodie.

À 22 ans, Beethoven s’installe définitivement à Vienne. Il est plus facile de faire carrière dans cette ville. Il se fait d’abord connaître comme pianiste virtuose, puis comme compositeur.

Bientôt le musicien réalise qu’il entend de moins en moins bien. Beethoven est en train de devenir sourd ! Malgré ce handicap, il continuera à composer jusqu’à sa mort en 1827.

Écoute cet extrait de König Stephan (« Le Roi Etienne ») dirigé par Laurence Equilbey. C’est une œuvre pour choeur et orchestre, composée en 1811 alors qu’il a déjà perdu la quasi-totalité de son audition. Impressionnant non ?

À bientôt,

— Aude

Les élèves de CM2A de l’école la République répondent à Aude

Les élèves de CM2A de l’école la République font suite aux messages de Aude. Merci à leur enseignante Anne-Marie Lebrun pour ce partage que nous publions avec un peu de retard. 

Bonjour Aude,

Il y a bien longtemps que nous voulions répondre à vos messages, mais Madame Lebrun, notre maitresse, nous submerge de travail !  …

Tout d’abord, une grand MERCI pour la carte que chacun de nous a reçue : elle trouvera sa place dans notre cahier culturel. Nous, aussi, nous vous souhaitons une très bonne année 2017 !

Nous avons adoré les vidéos sur l’Alleluia de Dietrich Buxtehude, les jongleurs, les danseurs, les musiciens, les enfants qui dansent…

Merci de nous apprendre plein de choses sur Beethoven, Ravel, Schubert, Mendelssohn, les lieder, la symphonie, l’oratorio, l’Opéra royal de Versailles…

Nous préparons des petites fiches de renseignement sur tous ces sujets que nous accrocherons au mur du couloir au bout d’un élastique pour partager ce que nous apprenons grâce à vous avec tous nos camarades.

Comme nous devons partager le TNI avec les autres classes de l’école (13 !), nous ne pouvons suivre au jour le jour vos messages. Mais nous nous rattraperons d’ici la semaine prochaine !

Nous avons commencé à apprendre une chanson d’Enzo Enzo La même lune que moi avec Nelio notre professeur de musique. Nous la chanterons pour vous la prochaine fois que  vous viendrez à l’école.

 

A bientôt … sur le web !

Les élèves du CM2A de l’école la République

Connais-tu la commande ?

Bonjour les enfants !

Aujourd’hui, nous allons regarder ensemble le tout dernier épisode de notre web-série autour du Requiem de Mozart.

Comme tu le sais, il s’agit de la dernière œuvre composée par le musicien. Il va mourir avant d’en avoir terminé l’écriture. Il y a beaucoup de mystères autour de la commande de cette œuvre. La mort de Mozart, assez jeune, a donné naissance aux légendes les plus folles.

Mais c’est quoi une commande ?

À l’époque de Mozart, il est rare qu’un musicien compose pour le plaisir. En général, les œuvres sont des commandes effectuées par les théâtres, ou par des particuliers. Ainsi, un étrange messager serait venu demander à Mozart de composer ce Requiem pour un homme souhaitant rester anonyme. Aujourd’hui, on connaît l’identité du commanditaire de l’oeuvre et les raison de tous ces mystères. Mais à l’époque, Mozart lui-même est troublé par cette demande.

Les circonstances de la mort de Mozart restent, elles-aussi, entourées de mystères. Personne ne sait réellement ce qui a causé son décès, et des dizaines de théories existent à ce sujet. L’une des plus célèbres, mais également des plus farfelues, est que Mozart aurait été assassiné par un autre compositeur, Antonio Salieri. C’est celle qui est repris dans le célèbre film de Milos Forman, Amadeus. La vérité est sans doute beaucoup plus banale !

Je te souhaite de belles vacances et te dis à très bientôt !

— Aude

Connais-tu le violon solo ?

Bonjour les enfants,

Voici le quatrième épisode de notre web-série autour du Requiem de Mozart ! Cette semaine, on découvre le Rex Tremendae (qui vient du latin et signifie « Roi redoutable » !). C’est la musique que tu entends au début. Elle a quelque chose d’imposant, de solennel, tu ne trouves pas ? Pour Mozart, elle lui rappelle son père, Leopold.

Durant son enfance, Mozart et son père sont très proches. Il lui apprend la musique, et lui permet de rencontrer de grands musiciens lors de leurs voyages. Mais lorsque Mozart grandit, les choses se compliquent et ils ne s’entendent plus très bien. Leopold a du mal à faire confiance à son fils et à accepter son indépendance.

Au cours de cet épisode, fais attention à la musicienne située à la gauche du chef d’orchestre : c’est Stéphanie Paulet, notre violon solo. Son rôle est très important dans l’orchestre ! Le violon solo montre aux autres violonistes le coup d’archet à adopter, c’est-à-dire le sens dans lequel on frotte les cordes. Il représente également l’ensemble des musiciens auprès du chef d’orchestre.

As-tu aimé découvrir avec moi les coulisses de cet enregistrement ? J’espère que tu en as appris plus sur Mozart et son œuvre.

A bientôt

— Aude

Connais-tu le cor de basset ?

Bonjour les enfants !

Dans cet épisode, Lorenzo et toi allez découvrir deux instruments à vent. Les notes sont jouées grâce au souffle du musicien, comme au cor.

Le trombone, qui fait partie des cuivres, change de notes en poussant ou tirant la coulisse. Cela permet d’allonger ou raccourcir le tuyau dans lequel on souffle, et donc de baisser ou monter la note. Le trombone a un très beau solo dans le Requiem, le Tuba Mirum. C’est une grande responsabilité pour le musicien !

Lorenzo découvre aussi le cor de basset, qui fait partie des bois. Contrairement à son nom, rien à voir avec le cor ! Il serait plutôt l’ancêtre de la clarinette. C’est un instrument assez long, et as-tu remarqué sa forme étrange, toute courbée ? Il est apparu à l’époque de Mozart, qui aimait ses sons graves. Comme sur une flûte, ce sont les clés, des petites touches métalliques qui bouchent les trous du tuyau principal, qui permettent de changer la note.

Tu en sais maintenant un peu plus sur la famille des vents ! Quel est ton préféré ?

— Aude

Aude t’invite à un concert à Bourg-la-Reine !

Bonjour les enfants !

Vendredi prochain, le 27 janvier à 20h00, avec d’autres professeurs du Conservatoire de Bourg-la-Reine / Sceaux, nous jouons des œuvres de Mozart, Beethoven et Haydn pour violon, alto, violoncelle et pianoforte. L’occasion de voir et entendre ces instruments en vrai si tu ne les connais pas tous !

Nous jouons dans l’auditorium du Conservatoire de Bourg-la-Reine. C’est gratuit, tu peux venir avec tes parents et tes amis ! On espère t’y voir !

A bientôt !

— Aude

suivez-lartiste