Interview, rébus et… dégustation de cor

Un message des trois classes de l’école Jean Monnet et du Collège Maison Blanche à la suite de leurs rencontres avec Yannick le 14 novembre dernier… ils ont sorti le grand jeu ! Merci à leurs enseignantes pour leur investissement. 

Bonne année Yannick ! Que cette année soit riche en rencontres … musicales !

Le mardi 19 décembre, avant les vacances, nos trois classes se sont retrouvées pour partager les interviews que l’on avait faites avec toi lors de notre rencontre du 14 novembre.

Les élèves de CM2 A, classe de Mme PAVARD, ont fait deviner tes réponses à leurs questions sous forme de rébus. À toi, de retrouver tes réponses en essayant de déchiffrer ces rébus avec tes enfants !

Les élèves de la classe de Mme PEZET, se sont crus dans une émission de télévision où tu étais l’invité « star ».

Les élèves de la classe de sixième de Mme CHRISTOPHE ont rejoué la rencontre. Des élèves posaient des questions à différents Yannick !

Pour finir, nous avons dégusté un délicieux gâteau créé par le papa d’une élève de sixième. Quelle surprise ! (et oui, ton cor est devenu un gâteau !)

Les CM2 partent en classe de neige le mardi 9 janvier : nous t’enverrons des photos !

Publicités

Mes photos d’Athènes

Bonjour les enfants !

Voilà comme promis les photos d’Athènes. Vous pouvez y voir l’acropole avec le Parthénon (c’est le nom du temple d’Athéna, la déesse grecque de la sagesse), le théâtre de Dionysos (le dieu de la vigne et de la fête !). J’y ai aussi glissé un selfie…

Sur ce, je vous souhaite de très bonnes fêtes ! Reposez-vous bien pendant les vacances !

À bientôt,

— Yannick

Des nouvelles de Yannick !

Bonjour les enfants !

J’étais très content de vous rencontrer le mois dernier. Depuis il s’est passé beaucoup de choses, j’ai joué à Budapest, et maintenant je m’apprête à partir pour Athènes. J’essaierai de vous envoyer une photo de l’acropole d’Athènes. Ces deux villes sont des capitales en Europe, savez-vous de quels pays ?

J’ai vu que vous en avez profité pour visiter l’Opéra Bastille. Moi aussi je trouve que c’est un endroit impressionnant et très grand. D’ailleurs pour répondre à votre question, j’y ai déjà joué du cor, sur la grande scène que vous avez observée !

Et pour satisfaire votre curiosité et répondre à votre dernière question : j’ai déjà interprété Pierre et le Loup de Prokofiev. Comme je joue du cor, je joue le rôle du loup, et j’ai déjà dévoré beaucoup de canards dans ce rôle ! Enfin, on pourrait dire que je suis un loup mangeur de dindes, si on pense à noël qui arrive…

Saviez-vous que cette oeuvre a été spécialement écrite pour le enfants ? Elle présente différents instruments de musique et leurs familles, les uns après les autres : la famille des cordes (violon, alto, violoncelle, contrebasse), la famille des bois (flûte traversière, hautbois, clarinette, basson), et les cuivres (cor, trompette, trombone). Certains instruments sont des personnages en particulier. J’espère que vous avez reconnu tout de suite les cors quand le loup est arrivé !

À bientôt,

— Yannick

La visite des CM2 à l’Opéra Bastille

Les élèves de CM2 de l’École Jean Monnet partagent leurs impressions après avoir visité l’Opéra Bastille. Merci à Marie Christophe, Catherine Pavard et Vanessa Pézet, leurs enseignantes. 

Mardi 12 décembre 2017, nous avons visité l’Opéra Bastille.

Les CM2 B nous expliquent l’Opéra :

Il y a 2 745 places pour les spectateurs. C’est la salle la plus grande d’Europe et les coulisses les plus grandes du monde. (Klervie) L’Opéra fait 160 000 m² répartis sur 7 niveaux, il y a 6 sous-sols (Stanislas) qui vont à 25 m en dessous du niveau du trottoir (Lucie). Les décors sont stockés dans ce sous-sol et on les fait descendre par une sorte d’ascenseur (Tiphaine).

Dans la salle, le plafond est en verre et arrondi pour que les voix des chanteurs s’entendent mieux (Maxime) car les chanteurs n’utilisent pas de micros. L’orchestre est dans une fosse, et nous avons repéré la place des cors (Romain). Et le chef d’orchestre peut adapter la hauteur de la scène où se trouvent les musiciens (Stanislas).

Sur l’arrière-scène, il y a de nombreux décors (pour avoir plus de spectateurs, il faut varier les spectacles souvent – Charlotte). Pour changer les décors il faut les déplacer sur des petits rails et utiliser une plateforme qui tourne pour les mettre bien face à la scène (Gaspard).


Les CM2 A nous font part de leurs impressions suite à cette visite :

J’ai trouvé que c’était très grand et qu’il y avait beaucoup d’étages…on aurait dit un labyrinthe. (Iris)

Il y a beaucoup d’éclairages et il faut un an pour fabriquer un décor. (Evan)

On change de spectacles tous les soirs car sinon les chanteurs s’abîmeraient les cordes vocales. (Garance)

L’Opéra Bastille est très grand, très beau et la visite est très intéressante. (Thomas)

Quand je suis rentrée, j’ai été impressionnée par la salle qui était très grande. J’ai beaucoup aimé découvrir ce qui se passait dans les coulisses. (Clémence)

Yannick, as-tu déjà joué à L’Opéra Bastille? 



Retour sur la première rencontre à Clamart

Les élèves reviennent sur leur première rencontre avec Yannick et partagent photos et vidéos. Merci à Marie Christophe, Catherine Pavard et Vanessa Pézet, leurs enseignantes, pour ce message. 

Yannick,

Nos classes t’ont rencontré le mardi 14 Novembre. Nous t’avons accueilli en chansons et en poésie, puis tu nous as fait découvrir tes instruments…tu n’avais pas un cor mais deux cors : un cor naturel (cor ancien)  et un cor d’harmonie (cor actuel)… Nous avons appris beaucoup de choses (on va pouvoir fabriquer des cors avec des tuyaux en plastique et des entonnoirs…) et nous rêvons de pouvoir souffler dans un vrai cor (tu nous as promis qu’on pourrait essayer en février !).

Tu as de la chance car tu as visité le nouveau Louvre à Abou Dhabi !

Nous, la semaine prochaine, nous allons visiter l’Opéra Bastille, on t’enverra des photos et on te racontera notre visite…

Une des classes a écouté Pierre et Loup , ton instrument, c’est le loup ! As-tu déjà joué ce morceau ?

À bientôt !

 

 

 

Une deuxième carte postale d’Abu Dhabi !

Bonjour les enfants !

On a une deuxième carte postale d’Abu Dhabi en vidéo à vous montrer ! Vous allez y voir Laurence Equilbey, notre chef d’orchestre. C’est elle qui parle dans la vidéo.

Mais au fait, savez-vous quel est le rôle du chef d’orchestre ? C’est la personne qui aide tout l’orchestre à se coordonner. Si chaque musicien joue sa partition sans faire attention aux autres, le résultat peut facilement être cacophonique (peu agréable à écouter).

La chef d’orchestre est donc là pour mettre tout le monde d’accord : par exemple elle bat la mesure (c’est-à-dire qu’elle donne le rythme, pour jouer vite ou lentement) ou elle demande à certains musiciens de jouer plus ou moins fort. Le résultat correspond à une vision de la chef d’orchestre, ce qu’elle imagine de l’œuvre et la manière de la jouer.

À votre avis, pourquoi la chef d’orchestre est-elle debout face à l’orchestre ?

À bientôt,

— Diane et Yannick

Une répétition, deux répétitions, trois répétitions…

Bonjour les enfants !

Aujourd’hui nous allons vous parler de répétitions. Avant la première représentation d’un opéra, il y a beaucoup d’étapes. Vous le savez si vous avez déjà participé à un spectacle à l’école. Les répétitions sont un moment important, car sur scène, avec tous les chanteurs et les musiciens, il y a beaucoup de monde !

Avant de venir à la première répétition, nous, les musiciens, devons déjà connaître notre partition. Ça demande beaucoup de travail, mais c’est nécessaire. C’est un peu comme au théâtre. Si les acteurs ne connaissent pas leur texte en avance, comment peuvent-ils répéter une scène ensemble ?

Les premières répétitions pour un opéra se font séparément. D’un côté il y a l’orchestre, et de l’autre il y a les chanteurs. Les chanteurs apprennent leur rôle avec un piano ou un clavecin pour les accompagner. À ce moment, ils apprennent aussi la mise en scène, comment se déplacer, quelles émotions ils doivent transmettre avec leurs gestes.

Ensuite il faut réunir tout le monde pour répéter encore. La première fois que l’orchestre répète avec les chanteurs solistes, on le fait sans mise en scène. On appelle ça une « italienne ». Le but est de bien coordonner le chant avec les instruments.

Puis on ajoute l’élément qui manque encore : la mise en scène. Un telle répétition s’appelle « scène et orchestre ». L’opéra est joué scène par scène par l’orchestre et les chanteurs pour vérifier que la mise en scène correspond bien à la musique.

Ce n’est que lors de la toute dernière répétition, la répétition générale, que l’on révise le spectacle en entier. On le fait dans les mêmes conditions qu’un vrai spectacle. La répétition se fait sur scène avec tous les décors, les chanteurs sont en costume, maquillés, et on joue l’opéra du début à la fin, sans aucune pause !

C’est un grand travail de préparation !

On vous laisse regarder l’épisode 5 de la web-série. Dans cet épisode-ci, Giuna et Cecilio, les deux amoureux, sont emprisonnés par Lucio Silla, le dictateur. À votre avis, comment l’opéra peut-il se terminer ? On reparle de l’histoire de Lucio Silla la semaine prochaine !

À bientôt,

— Jocelyn et Yannick

Le facteur est passé !

Bonjour les enfants !

Aujourd’hui on a une nouvelle excitante à vous annoncer. On revient tout juste d’un concert un peu spécial, à Abu Dhabi ! C’est la capitale des Émirats Arabes Unis. Pour aller dans ce pays il faut prendre l’avion pendant au moins sept heures !

Si nous sommes partis si loin pour jouer de la musique, c’était pour fêter l’inauguration du musée du Louvre Abu Dhabi. C’était un concert un peu spécial. Nous avons joué des extraits d’Orfeo ed Euridice de Gluck, mais nous n’étions pas seuls sur scène. Il y avait aussi des instrumentistes émiriens pour jouer avec nous.

On vous envoie une carte postale en vidéo et musique pour vous donner un aperçu ! Le lieu est très impressionnant, non ? Et surtout, ce que vous ne voyez pas c’est qu’il faisait très, très chaud. On en a encore des sueurs.

À bientôt !

— Aude, Diane, Jocelyn et Yannick

Les instruments d’époque

Bonjour les enfants !

Vous vous rappelez peut-être d’une particularité de l’orchestre dont on fait partie. Nous jouons sur des instruments qui sortent de l’ordinaire, qui ne ressemblent pas tout à fait aux instruments que la plupart des musiciens utilisent aujourd’hui… Nous utilisons des instruments d’époque.

Cela veut dire que nous jouons sur des instruments comme ceux utilisés il y a 250 ans par Mozart. Quelle est la différence avec les instruments d’aujourd’hui ? De l’extérieur, tu ne vas sûrement pas voir de différence. Les instruments d’époque et les instruments d’aujourd’hui se ressemblent beaucoup. Mais dès qu’on se met à en jouer… ça change tout !

Le son des instruments d’époque n’est pas le même parce qu’ils ne sont pas construits de la même manière et n’utilisent pas les mêmes matériaux. Prenons un exemple : le violoncelle. Aujourd’hui, les cordes des instruments comme le violoncelle sont en métal. Mais avant, ce n’était pas le cas ! Qu’est-ce que les luthiers (la personne qui fabrique et répare les instruments à cordes) utilisaient comme cordes à l’époque de Mozart ? On vous laisse regarder l’épisode 4 de la web-série pour l’apprendre. D’ailleurs, dans cet épisode vous verrez Rita Consentino (elle parle espagnol), qui explique la signification de ses choix de mise en scène pour Lucio Silla. Ça peut vous permettre de comprendre un peu mieux les décors.

Pourquoi jouons-nous sur instruments d’époque ? Comme ces instruments ne sont pas construits de la même manière que ceux d’aujourd’hui, ils n’ont pas le même son. L’idée est donc de recréer les concerts comme on les entendait à l’époque de Mozart. Intéressant, non ?

À la semaine prochaine,

— Yannick et Jocelyn