A bientôt les CP !

C’est déjà la fin de l’école ! Je n’allais pas vous laisser partir en vacances sans vous dire au revoir…

Un grand bravo et merci à tous les CP et leurs formidables enseignantes pour le très beau concert que vous nous avez proposé le 16 juin ! C’était un moment très émouvant, et mes amis musiciens étaient très heureux d’avoir pu y assister. Je crois même qu’ils étaient un peu jaloux des beaux dessins que vous aviez préparés…

J’espère que vous avez aimé également notre concert, et particulièrement les quelques chanceux qui ont pu nous écouter au centre !

Je vous souhaite à tous de très bonnes vacances et vous laisse quelques photos prises ce jour-là en guise de souvenir ! Tu peux cliquer dessus pour les voir en plus grand.

Au revoir, les CP !

— Jocelyn

Photos : Thomas Meugnot

Que de voyages !

J’ai été très occupé ces dernières semaines ! J’ai eu l’occasion d’aller dans beaucoup d’endroits différents : Vienne (en Autriche), à Angers, à Tourcoing… Ce weekend, je suis à Versailles et bientôt, je pars dans le Jura. Au mois, j’irai même à Istanbul !

Mais attention, ce n’est pas pour le plaisir mais pour jouer des concerts ! A chaque fois, j’y jouerai des œuvres différentes.. Il faut donc beaucoup travailler pour bien les connaître ! Être musicien, c’est faire beaucoup de voyages. Mozart, dont j’ai joué La Grande Messe en ut il y a quelques semaines, jouait déjà à travers l’Europe entière quand il avait ton âge ! C’est le point commun de tous les artistes…

Mais le concert que j’attends avec beaucoup d’impatience, c’est celui que nous jouerons aussi dans ton école avec 3 autres musiciens, le 16 juin ! Nous jouerons le Quatuor n°1 en fa majeur de Gioachino Rossini (encore un Italien, les CP2 !). Essayes d’en savoir peu plus sur l’œuvre avant ma venue !

A très bientôt !

— Jocelyn

Photo de couverture : Sophie Hogarth pour le Carnegie Hall / sophiehogarth.com

Dans la tête d’Orphée

La tournée n’est pas tout à fait terminée, nous partons à Aix-en-Provence ce weekend, et en attendant de pouvoir vous montrer des photos, nous avons quand même une petite surprise pour vous avant les vacances !

Tu peux nous revoir gratuitement sur Internet au Théâtre de Poissy en cliquant ici ! Tout notre concert a été filmé, l’occasion de pouvoir écouter l’opéra de Gluck, Orfeo ed Euridice. Sauras-tu reconnaître la langue dans laquelle les solistes et le chœur chantent ?

Et une dernière petite chose : notre futur disque a déjà un clip ! Les paroles racontent l’arrivée d’Orphée aux Enfers : tout y est si calme, et il est entouré d’une foule étrangement silencieuse. Mais Orphée est décidé à retrouver Eurydice, son amoureuse, coûte que coûte !

Tu entendras une voix très aiguë dans cet extrait : c’est celle du contre-ténor Franco Fagioli, qui a une voix capable d’aller du plus grave au plus aigu. C’est très rare et cela demande beaucoup de travail ! Reconnaîtras-tu également l’instrument à vents qui l’accompagne avec l’orchestre ?

On te laisse regarder et nous dire ce que tu en penses !

— Aude et Jocelyn

Photo de couverture : Superbien

Orphée et Eurydice

Nos concerts autour de l’opéra Orphée et Eurydice de Gluck approchent ! Je vais te livrer un secret : ce sera le prochain enregistrement d’Insula orchestra ! Pour l’écouter, il faudra quand même attendre un peu : il ne sortira qu’à l’automne prochain, dans quelques mois…

Si tu as regardé notre série autour du Requiem de Mozart, tu en sais maintenant plus sur le déroulement d’un enregistrement. Cette fois, nous avons décidé d’enregistrer directement le concert : cela est plus rapide et cela garde l’énergie du concert, un peu comme si tu y étais toi-même !

Les répétitions commencent vendredi, nous travaillerons tout le weekend, puis jouerons les concerts mardi prochain à Poissy, mercredi à la Philharmonie 2 de Paris, puis le 18 avril à Aix-en-Provence !

— Jocelyn

Photo de couverture :  ©  Camille Corot (1796-1875), Orphée ramenant Eurydice des Enfers, 1861, 112x137cm, huile sur toile, Museum of Fine Arts, Houston, Texas.

Orphée aux Enfers

Demain, c’est la première à l’Opéra de Lille de l’opéra de chambre (c’est-à-dire écrit pour un petit nombre de musiciens) La Descente d’Orphée aux Enfers. Nous irons ensuite à Dunkerque puis à Dijon. Dans un mois, je rejouerai une autre œuvre autour de la même histoire, avec Insula orchestra : Orphée et Eurydice !

Te souviens-tu du flashmob au Château de Versailles ? Ce jour-là, nous avions tourné un autre épisode autour de l’opéra de Gluck. Il raconte le moment où Orphée arrive aux Enfers. Les Furies veulent l’empêcher de passer pour retrouver sa fiancée, Eurydice. Le héros joue donc de la musique pour les amadouer…

Ici, Orphée est une femme et danse !

Qu’en penses-tu ?

— Jocelyn

 

 

Photo de couverture :  © Brigitte Production

La fin de l’enregistrement

L’aventure de Lorenzo autour de l’enregistrement du Requiem de Mozart se termine ! Après quelques jours passés avec Laurence Equilbey et Insula orchestra, il en sait maintenant beaucoup plus sur le compositeur autrichien et sa dernière œuvre !

Il a même quelques secrets à te dévoiler dans ce dernier épisode… Découvre la vidéo ci-dessous !

Je jouais quelques unes de ses œuvres la semaine dernière, le 04 février, à l’Opéra de Lille. Nous étions quatre musiciens autour de ses Quatuors avec flûte. Il y avait un violon, un alto, un violoncelle… et moi ! Les as-tu déjà écoutés ?

— Jocelyn

Photo de couverture : Brigitte Production

La légende du Requiem

Mozart est mort très jeune, à 35 ans, car il était malade et très fatigué. Il n’a pas pu terminer l’écriture de la partition du Requiem. C’est un de ses élèves qui l’a donc fini en suivant ses instructions.

Le Requiem est une messe qu’on jouait lors des cérémonies pour rendre hommage aux morts. Beaucoup de légendes sont apparues autour de cette œuvre, et qui montrent qu’elle reste très connue aujourd’hui. C’est le travail du musicologue de mener l’enquête pour comprendre ce qui s’est vraiment passé. Ça n’est pas toujours facile : les faits ont eu lieu il y a 250 ans ! Heureusement, il y a les manuscrits, les lettres et beaucoup d’autres e livres qui peuvent nous aider.

C’est en comprenant comment et pourquoi une œuvre a été écrite qu’on arrive à mieux connaître l’intention du compositeur, donc à mieux l’interpréter !

— Jocelyn

 

 

Photo de couverture :  © Brigitte Production

Les instruments à vent

Dans cet épisode, Lorenzo et toi allez découvrir deux autres instruments à vent, de la même famille que la flûte. Les notes, dans tous les cas, sont jouées grâce au souffle du musicien.

Le trombone, qui fait partie des cuivres, change de notes en poussant ou tirant la coulisse. Cela permet d’allonger ou raccourcir le tuyau par lequel passe le souffle, donc de baisser ou monter la note.
Le trombone a un très beau solo dans le Requiem, le Tuba Mirum. Assez impressionnant, non ? C’est une grande responsabilité pour le musicien.

Lorenzo découvre aussi le cor de basset, qui fait partie des bois. C’est l’ancêtre de la clarinette ! C’est un instrument assez long, et as-tu remarqué sa forme étrange, toute courbée ? Il est apparu à l’époque de Mozart, qui aimait ses sons graves. Comme sur une flûte, ce sont les clés, des petites touches métalliques qui bouchent les trous du tuyau principal, qui permettent de changer la note.

Tu en sais maintenant un peu plus sur la famille des vents ! Quel est ton préféré ?

— Jocelyn

 

 

Photo de couverture :  © Brigitte Production

Le rôle du chef d’orchestre

Aujourd’hui, tu vas par exemple découvrir ce qu’est un chef d’orchestre. Laurence Equilbey dirige le chœur accentus et l’orchestre Insula orchestra. Cela fait plus de 80 musiciens en même temps !

Pour qu’ils jouent tous ensemble de la même manière et au même rythme, le rôle du chef d’orchestre est très important. Il travaille avant avec les musiciens pour leur donner ses instructions, et pendant le concert, ses gestes sont très importants : Laurence Equilbey, par exemple, bat la mesure ou demande à certains instruments de jouer plus fort.

Dans la vidéo, Lorenzo essaye lui aussi de jouer les chefs d’orchestre. Apprends avec lui !

— Jocelyn

 

 

Photo de couverture :  © Brigitte Production